Panier: 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

Livraison: Livraison gratuite !
Taxes: 0,00 €
Total: 0,00 €

Commander

Produit ajouté avec succès à votre panier
Format:
Quantité:
Total:
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Taxes 0,00 €
Total TTC
Continuer mes achats Commander 
Menu
 
Nouveau

Le Reflux : une contribution à l'étude de l'implantation des communautés afro-brésiliennes aux rives du Golfe du Bénin au

Régine Mevi

Produits Téléchargeables


La rencontre de trois continents : l'Afrique, l'Amérique et l'Europe a entraîné trois siècles de trafic d'êtres humains entre l'Afrique et le Nouveau-Monde. Le Golfe du Bénin sur la côte ouest africaine choisi dans le cadre de cette étude a été l'une des régions pourvoyeuses d'hommes destinés à travailler dans les plantations et mines du Brésil, de Cuba ou des États-Unis. Ce commerce a meurtri le continent noir tout en favorisant le développement de l'Europe et de l'Amérique. Toutefois, le retour des anciens esclaves libérés du Brésil, de Cuba est l'un des véritables apports de ce commerce. Appelés Aguda, Amaro, Saro ou encore Krio pour le cas de la Sierra Leone ou du Libéria, les Afro-Brésiliens ont constitué un groupe social qui a essaimé dans les villes côtières, donnant une nouvelle impulsion au déve-loppement des pays concernés : le Nigéria, le Bénin ex-Dahomey et le Togo. Ils sont devenus le moteur de l'économie, se lançant tour à tour dans le commerce des esclaves et d'huile de palme. Ils ont initié, développé et enrichi une culture afro-brésilienne encore existante de nos jours au travers de la religion, de l'architecture et de la culture matérielle. Instruits et parlant les langues européennes, ils ont pris part aux mouvements de contestation contre le système colonial, dénonçant à travers les journaux ses abus et l'exploitation du peuple africain. Leurs luttes politiques ont notamment contribué à éveiller la conscience politique des masses. Malgré la disparition quasi-totale de cette communauté, son legs incontestable reste visible et éveille les curiosités. Un travail de préservation de ce patrimoine a commencé ces dernières années par des chercheurs africains et américains qui échangent à travers des réunions et des colloques.

B B


    Pas de commentaire

    Donnez votre avis