Panier: 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

Livraison: Livraison gratuite !
Taxes: 0,00 €
Total: 0,00 €

Commander

Produit ajouté avec succès à votre panier
Format:
Quantité:
Total:
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Taxes 0,00 €
Total TTC
Continuer mes achats Commander 
Menu
 
Dos carré collé  155x235  164 pages  Parution février 2023 
Nouveau

Le Congrès des Villes-pont - The Congress of Bridge-Cities

Hannes Larsson

Roman Policier / Suspense


Assistez au congrès international des Villes-pont

L’Association internationale des Villes-pont organise son premier congrès mondial à Pont-à-Mousson. Les villes membres ont en commun que leur nom contient le mot « pont » dans la langue locale, ce qui souligne le but de l’association : créer des ponts entre peuples et ainsi favoriser la paix dans le monde. L’association a adopté cinq langues : allemand, anglais, espagnol, français et italien. Au congrès, les organisateurs doivent payer neuf interprètes maîtrisant ces cinq langues, ce qui est ruineux. Un linguiste anglais polyglotte propose une solution : adopter l’espéranto comme langue unique. Les incomparables avantages de cette langue neutre qu’on apprend dix fois plus vite que l’anglais ou les autres grandes langues occidentales sont mis en évidence et l’association décide de l’adopter.
Le livre décrit le monde des congrès avec ses traditions : conférences, excursions, soirées culturelles ou divertissantes. On organise même un concours d’interprétation musicale et les Jeux Intervilles. Il s’agit d’un roman policier ; le meurtre d’un éminent conférencier est résolu par l’agent de sécurité Jacques Bonport, un jovial méridional au langage fleuri dont le lecteur fera son héros. La particularité de la présentation est d’être bilingue avec le texte français sur la page de gauche et le texte anglais sur la page de droite. Mais le texte anglais est satirique : il est supposé d’être traduit par un Français cultivé qui a étudié l’anglais pendant huit ans et qui prétend le maîtriser parfaitement. Il contient des dizaines d’expression traduites mot à mot, ce qui fait rire le lecteur français tandis qu’elles sont incompréhensibles au lecteur anglophone qui doit avoir recours aux explications rédigées par l’auteur.


B B


Donnez votre avis