Panier: 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

Livraison: Livraison gratuite !
Taxes: 0,00 €
Total: 0,00 €

Commander

Produit ajouté avec succès à votre panier
Format:
Quantité:
Total:
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Taxes 0,00 €
Total TTC
Continuer mes achats Commander 
Menu
 
Dos carré collé  170x240  444 pages  Parution avril 2016 

Les Pélasges

Mathieu Aref

Essai


Cette thèse concerne la période préhellénique et archaïque de la Grèce et vise à étudier la tradition chez les auteurs antiques sur les origines de la civilisation grecque à travers la référence aux Pélasges. Elle apporte un nouvel éclairage sur nos acquis historiques, culturels et met en exergue les prémices de la civilisation grecque apparue après le VIIIe s. av. JC. Hécatée de Milet, Homère, Hésiode, Hérodote, Thucydide ou les auteurs tragiques ont largement mentionné les Pélasges comme ayant peuplé les régions qui allaient devenir la Grèce et mis en évidence leur autochtonie. Prédécesseurs des Grecs, ils leur ont légué les éléments essentiels de leur civilisation. Il s'agit d'une approche pluridisciplinaire qui confronte les données de la tradition antique aux éléments historiques, ethnolinguistiques, archéologiques et mythologiques, susceptible de les éclairer. Elle apporte des précisions et des arguments probants quant à la chronologie de la Grèce ancienne surévaluée par les auteurs modernes ; la « Guerre de Troie » supposée avoir existé au XIIe s. mais qui, en réalité, correspond à la guerre (début du VIIe s.) menée par les premiers conquérants grecs contre l'Asie Mineure et la région qui deviendra plus tard la Grèce ; quatre « siècles obscurs » (-1200-800) demeurés muets sur l'existence des Hellènes à cette époque ; Zeus qui (Iliade, XVI, 232-236) est formellement désigné comme « pélasgique » et non grec ; une hypothétique civilisation mycénienne (invention du pseudo-archéologue Schliemann) ignorée par tous les auteurs grecs ; le linéaire B qui n'est autre que du pélasgique langue préhellénique adoptée en partie par les conquérants hellènes ; l'Iliade et l'Odyssée poèmes épiques issus d'une tradition orale préhellénique et non grecque, etc. Les auteurs modernes ont occulté le rôle essentiel joué par les Pélasges dans la constitution de la civilisation grecque. Cependant lors d'un contact avec l'helléniste Jacqueline de Romilly elle lui a fait ce commentaire lapidaire : « ...des thèses qui me paraissent fort révolutionnaires, mais s'appuyant sur des faits intéressants ». Hélas nous n'avons pas eu l'occasion d'aller plus loin car elle est décédée quelque temps après. Cette étude, sortant des sentiers battus, confère à cet ouvrage de référence un caractère exceptionnel.


B B


Pas de commentaire

Donnez votre avis