Panier: 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

Livraison: Livraison gratuite !
Taxes: 0,00 €
Total: 0,00 €

Commander

Produit ajouté avec succès à votre panier
Format:
Quantité:
Total:
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Taxes 0,00 €
Total TTC
Continuer mes achats Commander 
Menu
 
Dos carré collé  148x210  348 pages  Parution mai 2023 

Le destin tragique d'Henriette d'Angleterre

Arnault Pfersdorff

ACCUEIL


Henriette d'Angleterre : un destin d'exil, d'amour contrarié et de grandeur éclatante. Plongez dans les mémoires imaginaires d'une princesse qui a laissé sa marque dans les cours européennes.

Henriette d’Angleterre, dernière fille de Charles 1er d’Angleterre et d’Henriette de France n’a vécu dans ce pays que quelques mois, le temps pour sa nourrice de lui faire rejoindre sa mère exilée en France. L’Angleterre va bientôt être gouvernée par Cromwell qui décapitera son père afin de mieux asseoir son autorité, aidé par ses têtes rondes. Henriette vivra, grandira et mourra à la Cour de France, traversant ainsi la Fronde, la Régence d’Anne d’Autriche, le gouvernement de Mazarin, et surtout le règne débutant de Louis XIV, son cousin. Dont elle épousera le jeune frère, Monsieur, Philippe d’Orléans, peu après que lui même se soit marié à l’infante Marie-Thérèse.
Mais ce puîné est un faible, un jaloux, point bête cependant, qui fût successivement sous la coupe de sa mère, de Mazarin et enfin d’hommes ayant un fort ascendant sur lui : Armand de Guiche, le marquis de Vardes, Marsillac et surtout le Chevalier de Lorraine.
Ne pouvant se gouverner lui-même, et ayant été instruit dans le respect de son frère le Roi de France, il n’acceptera pas le talent de sa femme qui sait briller sur la Cour de France, sur le Roi son beau-frère et sur Charles d’Angleterre son frère, bientôt restauré sur le trône, auprès duquel elle jouera un rôle déterminant dans le rapprochement des deux pays. Henriette brillera, fréquentera les plus grands, de Bossuet à Molière, en passant par les maréchaux, les favorites et les souverains des Cours Européennes. Elle aimera la vie et mourra si brutalement faisant dire à Bossuet pour ses obsèques : Madame se meurt, Madame est morte. L’auteur a inséré entre chaque chapitre ce qu’auraient pu être les vraies mémoires de la princesse, étant morte trop jeune, à 26 ans, pour s’en préoccuper elle-même.


B B


Donnez votre avis