Panier: 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

Livraison: Livraison gratuite !
Taxes: 0,00 €
Total: 0,00 €

Commander

Produit ajouté avec succès à votre panier
Format:
Quantité:
Total:
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Taxes 0,00 €
Total TTC
Continuer mes achats Commander 
Menu
 
Dos carré collé  140x200  88 pages  Parution 04/01/2018 

L'Anthropophagie des prêtres selon Kierkegaard, et l'anthropophagie africaine et gabonaise à travers les crimes rituels

François Moto Ndong

Philosophie & Sociologie


Ce que l'opinion au Gabon considère confusément comme "le" crime rituel : une dépouille humaine mutilée, n'est qu'un exemple, au même titre que l'anthropophagie, de ce phénomène social bien plus multiforme et multidimensionnel. Il caractériserait plutôt un acte criminel odieux, commis par un ou plusieurs individus et condamnable par la loi, visant à porter atteinte à l'intégrité physique et/ou morale d'une autre personne vivante ou décédée, dont le corps ou quelques organes serviraient dans une opération fétichiste. Le crime rituel a mué et évolué dans le temps et l'espace, pour atteindre, en Afrique et au Gabon notamment, sa forme la plus cynique : le meurtre. Il repose sur plusieurs fondements (social, ontologique et mystique), qui déclinent en même temps ses origines. De nombreuses raisons, aussi terribles les unes que les autres, expliquent ce fléau social, sans le justifier nécessairement. Aussi le crime rituel suscite-t-il des réactions nombreuses et diverses en Afrique subsaharienne et dans le monde en général, telles que celle de Kierkegaard qui tient à éveiller les consciences sur l'imposture des prêtres danois accusés d'anthropophagie, parce que se servant du christianisme pour servir leurs intérêts personnels égoïstes, au lieu de servir Dieu. Face au crime rituel, des esquisses de solutions sont proposées : la prévention, la dissuasion et la répression. Toutefois, toutes ces actions, visant à le juguler, seraient vaines si la société tout entière ne s'y attaque pas résolument.

B B


Donnez votre avis