Panier: 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

Livraison: Livraison gratuite !
Taxes: 0,00 €
Total: 0,00 €

Commander

Produit ajouté avec succès à votre panier
Format:
Quantité:
Total:
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Taxes 0,00 €
Total TTC
Continuer mes achats Commander 
Menu
 
Dos carré collé  210x297  74 pages  Parution 2017 

Les Représentations de Cupidon et de la mythologie de l'amour dans *Les masques* de Ben Jonson

Cédric Huwé

Sciences Humaines


Ben Jonson établit dans le Masque, un genre théâtral et même une genèse de l'opéra dont le masque demeure l'ancêtre aux normes bien spécifiques. D'après J. Jacquot : le terme « mask » ou « masque » au temps des Tudors et des Stuarts n'a pas pour premier sens celui du français « masque », c'est-à-dire « faux visage ». Il signifie d'abord et le plus souvent « mascarade », puis, dans la dernière partie du XVIe siècle, il sert à décrire l'ensemble du divertissement aristocratique correspondant à peu près au ballet de cour en France. Mot espagnol tiré de l'arabe, le vocable « masque » avait pénétré en Angleterre par l'entremise du français au début du XVIe siècle. Anglicisé, il avait pris la forme « mask », mais, vers la fin du siècle, avait retrouvé l'orthographe française qu'adopte Ben Jonson
Nous pensons d'abord aux Masques comme un divertissement accompagnant des cérémonies maritales de personnes prestigieuses de la cour ou du Roi (Charles Ier et Jacques Ier) et de la Reine (la Reine Henriette-Marie). Au-delà du masque, Ben Jonson articule dans sa célèbre préface d'"Hymenaei", sa plus substantielle défense du masque, articulant son devoir de « sound to present occasions » et portant « on more remou'd mysteries » (VII, p. 209) .
Voici une citation, dont la définition rappelle bien au départ le genre du masque comme mystère entre autre éducatif pour le Monarque personnifié en dieu ou demi-dieu. J.-C. Meagher précise dans sa préface une manière de voir le masque et que « The worst possible way to approach the Jonsonian masque is precisely the way it usually happens. ». Notre lecture du masque va démontrer comment Jonson a fait face aux préférences de ses audiences qui furent trop souvent enclines à préférer « the bodily part » des masques (le spectacle) plutôt que l'immortelle et édifiante « poetic soul ». Nous montrerons comment et par quelles manières Jonson s'inspira des anciens et de certains mythographes pour rehausser le masque à travers leur « poetic soul » mais plus loin encore comment Inigo Jones donna une autre dimension aux masques par l'architecture et le design des éléments dramatiques inspirés par Jonson.v


B B


Pas de commentaire

Donnez votre avis

Autres ouvrages de Cédric Huwé