Panier: 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

Livraison: Livraison gratuite !
Taxes: 0,00 €
Total: 0,00 €

Commander

Produit ajouté avec succès à votre panier
Format:
Quantité:
Total:
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits TTC
Frais de port (HT) Livraison gratuite !
Taxes 0,00 €
Total TTC
Continuer mes achats Commander 
Menu
 
Dos carré collé  145x210  132 pages  Parution 07/03/2017 

" Opisenge : Je veux bien, mais tu sais que je n'accepterai jamais que tu règnes sur moi de manière coloniale. Ewulga : Venons-en à nos chèvres, Njinja vient de privatiser son ménage. Opisenge : Priva... quoi ? Ewulga : Privatiser son ménage. Opisenge : Est-il devenu fou ? Ou alors il a une société appelée MÉNAGE ? Ewulga : En tout cas, je ne peux rien te dire de plus. Opisenge : Tu es pourtant et depuis toujours le bon élève de Njinja. Moi, je sais qu'on libéralise les sociétés et les entreprises, et non les ménages. Dans le cas d'espèce, qu'est-ce qui sera privatisé ? " Sous le fallacieux prétexte qu'Obona n'accouche pas de garçon, après vingt-cinq ans de mariage, Njinja décide de prendre en noces une autre épouse plus jeune, Yossi. Pour vibrer au rythme de l'actualité et conduire son action à terme, il emprunte un itinéraire qu'il déroule dans un vocabulaire à la mode dans la gestion de la cité et dans le monde des affaires. Au terme de nombreux tumultes, le couple d'Obona et Njinja saura-t-il triompher au nom de l'amour et du pardon ? Mise en scène de la crise conjugale, l'oeuvre de Régine Salomé Andzanga entremêle avec dynamisme, humour et réflexion, références familiales, sociales et culturelles du Cameroun - voire de l'Afrique - et évocations d'un modernisme à l'occidentale dopées au second degré.

B B


Donnez votre avis